Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Comité Départemental FSGT du Haut Rhin

Comité Départemental FSGT du Haut Rhin

Bienvenue sur le site FSGT du CD 68

La FSGT en Alsace

À l'époque, l'Alsace et la Lorraine étaient détachées de la France. Nos provinces étaient retombées dans le giron de l'Allemagne Impériale, à la suite de l'issue tragique de la guerre franco-allemande de 1870/71.


En cette fin de 19ème et au début du 20ème siècle, l'industrie connaissait un essor fulgurant. 

Mais cette révolution industrielle s'accompagne hélas aussi des conditions de vie et de travail déplorables pour les travailleurs. La journée de travail atteignait 12 à 14 heures, les salaires étaient sans commune mesure avec les besoins des familles ouvrières. Le repos hebdomadaire n'était pas garanti. Les congés payés étaient du domaine du rêve. Quant à l'éducation physique et à la pratique sportive, elles étaient réservées à une élite. 

Hormis la gymnastique qui avait un caractère de préparation militaire, le sport était inaccessible au monde du travail.


C'est en 1889 en AIIemagne (à laquelle l'Alsace était annexée depuis 1870) que des militants avertis du Parti socialiste, des syndicats ouvriers et du mouvement des coopérateurs décidaient de créer des sociétés ouvrières non seulement réservées aux travailleurs, mais encore dirigées par eux. 

La raison du sport ouvrier (c'est ainsi qu'on l'appelait à l'époque) était de permettre aux travailleurs la pratique des activités gymniques et sportives en dehors du paternalisme et du militarisme ambiants.

Deux dates allaient marquer I'embryonnaire sport ouvrier dans nos provinces frontalières : 1889/1907. C'est pendant cette période qu'étaient jetées les bases du sport ouvrier an Alsace-Lorraine. C'est aux environs de 1900 que l'idée de créer des sociétés ouvrières de gymnastique a réellement percé dans notre région. 
L'une des premières dans le Haut-Rhin était fondée en 1903 à Mulhouse par des ouvriers du textile, essentiellement de la Société DMC : La Société Chorale des Ouvriers de Mulhouse.

D'autres ont vu le jour par la suite. Les fondateurs ont eu la bonne idée de ne pas se limiter à la gymnastique : L'athlétisme, la natation, le handball, la balle au poing, le football, la lutte, l'haltérophilie et les activités de pleine nature prenaient leur essor.

Toutes ces sociétés étaient affiliées au Deutscher Arbeiter und Sportbund fondé en 1892. 

Il réunissait alors 7 041 sociétés ouvrières comptant ensemble 564 376 adhérents. 

Malgré toutes les embûches, le sport ouvrier devait connaître dans notre région un essor particulier. Mais la Première Guerre mondiale devait y mettre fin brutalement. 

Les hostilités terminées, il fallait tout recommencer. 

Dès 1919, quelques survivants entreprenaient de reconstruire le mouvement sportif ouvrier. Chaque discipline sportive s'organisait différemment.

Les différents groupements "Verband" adhéraient à la Fédération Sportive du Travail (FST) d'Alsace et de Lorraine qui s'était constituée au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Le 29 juin 1919 se tenait à Paris le congrès de la "Fédération Socialiste des Sports et de Gymnastique" (FSSG) en présence d'un représentant de la région Alsace-Lorraine. 

Le mouvement sportif ouvrier changeait d'appellation au terme de ce congrès. 

La Fédération Sportive du Travail (FST) était née. 

Le mouvement restait sous la dépendance du Parti Socialiste, des syndicats et du mouvement des coopérateurs. 

Cette dépendance était pourtant inconnue dans nos régions.

Néanmoins, la proposition de notre représentant d'organiser le mouvement par disciplines sportives était acceptée. 

Nos relations avec la fédération à Paris n'étaient guère suivies en raison de grandes difficultés linguistiques. Ainsi le mouvement sportif ouvrier a-t-il fait cavalier seul en Alsace et en Moselle. 

C'est en 1923 que le sport travailliste connu sur le plan national une scission préjudiciable à son essor.

Des militants sportifs socialistes quittèrent la FST pour fonder l'Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT). Durant 11 années, cette scission ne profita qu'aux gens du pouvoir, alors qu'unies dans la lutte pour la paix et contre le fascisme, les deux organisations se retrouvèrent fréquemment côte à côte.

Le 3 octobre 1934 le Conseil National de l'USSGT
, considérant que l'absence d'unité morale et organique entre les éléments de la jeunesse sportive ouvrière n'est profitable qu'à ses adversaires, que la jeunesse sportive ouvrière ne pourra réaliser ses objectifs que par une unité d'action sans cesse accrue, décide de faire siennes la déclaration et les conclusions présentées par la commission administrative en réponse aux propositions faites par la FST. 

La réunification des deux fédérations se fera à Noël 1934 avec la création de la F.S.G.T.

Il ne s'agit plus de réunir les seuls sportifs ouvriers opposés au sport bourgeois, mais de s'unir au-delà des sportifs ouvriers pour s'opposer au fascisme et défendre les droits de l'individu, lutter contre les inégalités, défendre l'humanisme et la démocratie dans le sport.

C'est à cette époque que prend naissance l'expression " Sport Populaire ". 

Depuis cette date, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et maintes fois la FSGT a dû s'adapter à des situations différentes et à la transformation de la société.

Les années 39/45 allaient marquer une étape tragique pour la FSGT. Dissous par l'occupant, ses actifs et installations, ainsi que ceux de ses Clubs, étaient spoliés par les nazis. 

De nombreux militants laissèrent leur vie pendant cette période.

Après la guerre, malgré un effort important pour faire redémarrer les activités sportives, la FSGT, par manque de subventions, doit attendre les années 60 pour enfin connaître un véritable développement. 

L'arrivée de l'omnisports lui permet de mettre en place de nouvelles animations sportives et accroître le nombre de ses licenciés. 

 

Son essor est également favorisé par la création des deux comités départementaux : le Haut-Rhin en 1972 et le Bas-Rhin en 1975. On a recensé, ces dernières années, une centaine de clubs affiliés et environ 5000 licenciés FSGT en Alsace.

Le Comité du Haut-Rhin a connu une évolution importante ces dernières années. 

Le nombre des Clubs et des licenciés a doublé en 10 ans. De nouvelles activités sont apparues : le badminton, le ski, le VTT. Les activités de plein air, de loisirs et non-compétitives se développent de façon importante : randonnée pédestre, raquette à neige, randonnées cyclotouristes et VTT, plongée sous-marine, etc...

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :